Archives de
Auteur/autrice : C Okiorina

Vierge voilée

Vierge voilée

La « Vierge voilée » de Giovanni Strazza

« Extraordinaire !« , « L’Italie est consternante de beauté, mais je n’ai jamais été aussi soufflée« , « Pure beauté »
Impressionnante par son effet de transparence.

C Okiorina │ La "Vierge voilée" de Giovanni Strazza

Quand je regarde cette œuvre de Strazza, je ne peux quand même pas oublier qu’il s’agit d’une sculpture religieuse. Je ne sais pas grand chose de l’œuvre. Je pense malgré tout que c’est la Vierge Marie, même si on pourrait aussi penser qu’il s’agit d’une vierge, la virginité étant toujours un gage de pureté et de spiritualité. Qu’il s’agisse de la Vierge Marie ou d’une vierge, comme étaient vierges par exemple les vestales, il y a l’idée d’une pureté, d’un rapport au divin qui n’est pas entaché par la sensualité et la sexualité. La première chose qui frappe quand on regarde ce visage, c’est l’ambiguïté entre un souci de figurer la spiritualité par les yeux fermés, par ce qu’on devine d’émotion contenue, et le contraire qui est cette perturbation par les degrés divers de l’épaisseur du voile, qui crée comme une sorte de vague, de mouvance qui brouille l’image.

La Vierge voilée, de Giovanni Strazza, milieu du XIXe siècle

Crédit :
Giovanni Strazza / Wikimedia Commons

Sources :
France Culture
Creapills

c okiorina │La "Vierge voilée" de Giovanni Strazza

La Sainte Cène (Jean Calvin)

La Sainte Cène (Jean Calvin)

Petit traité de la Sainte Cène (Jean Calvin)

« Ainsi en est-il de la communion que nous avons au corps et au sang du Seigneur Jésus. C’est un mystère spirituel qui ne peut se voir à l’œil, ni être compris par l’entendement humain : il nous est donc figuré par des signes visibles, selon que notre faiblesse le requiert, néanmoins de telle sorte que ce n’est pas une simple figure, mais une figure conjointe avec sa vérité et sa substance. C’est donc à bon droit que le pain est nommé « corps », puisque non seulement il nous le représente, mais aussi nous le présente. Aussi considérons-nous bien que le nom du corps de Jésus-Christ est transféré au pain, puisqu’il en est le Sacrement et la figure.

c okiorina │ Petit traité de la Sainte Cène (Jean Calvin)
la Sainte Cène

Mais nous ajouterons pareillement, que les Sacrements du Seigneur ne doivent ni ne peuvent d’aucune manière être séparés de leur vérité et substance. Les distinguer afin qu’on ne les confonde pas, cela est non seulement bon et raisonnable, mais absolument nécessaire. Mais il serait illégitime de les séparer pour constituer l’un sans l’autre. Quand donc nous voyons le signe visible, il nous faut regarder ce qu’il représente et de qui il nous est donné. Le pain nous est donné pour nous figurer le corps de Jésus-Christ, avec le commandement de le manger. Et il nous est donné de Dieu, qui est la vérité certaine et immuable. Si Dieu ne peut tromper ni mentir, il s’ensuit qu’il accomplit tout ce qu’il signifie.

Il faut donc que nous recevions vraiment en la Cène le corps et le sang de Jésus-Christ, puisque le Seigneur nous y représente la communion à l’un et à l’autre. Car, autrement, qu’est-ce que cela voudrait dire, que nous mangeons le pain et le buvons le vin en signe que sa chair nous est nourriture et son sang breuvage, s’il ne nous donnait que le pain et le vin, laissant la vérité spirituelle derrière ? Ne serait-ce pas à fausses enseignes qu’il aurait institué ce mystère ? Nous avons donc à confesser que si la représentation que Dieu nous fait en la Cène est véritable, la substance intérieure du Sacrement est conjointe aux signes visibles : de même que le pain nous est distribué dans la main, de même le corps de Christ nous est communiqué, afin que nous en soyons faits participants.

Quand bien même il n’y aurait rien d’autre, nous avons ample matière de nous contenter quand nous entendons que Jésus-Christ nous donne, dans la Cène, la propre substance de son corps et de son sang, afin que nous le possédions pleinement et, le possédant, ayant part à tous ses biens. Car, puisque nous l’avons, toutes les richesses de Dieu, qui sont comprises en lui, nous sont présentées pour qu’elles soient nôtres. »

Jean Calvin, Petit traité de la Sainte Cène. (Adaptation moderne : Harald Chatelain et Pierre Marcel). Paris, Les Bergers et les Mages, 1997. Pages 46-47

Deux abeilles

Deux abeilles

La sieste

C Okiorina │ Abeilles

Ces deux abeilles font la sieste dans une fleur.
Il n’est pas rare de voir des abeilles qui s’agrippent les pattes pour dormir, activité qu’elles pratiquent généralement 5 à 6 heures par jour 🐝

Une photographie (rare) de Joe Neely 📸

Pour découvrir le site du photographe, cliquez sur ce lien :

https://www.jmneelyphotography.com/

Notre Dame de Paris

Notre Dame de Paris

Incendie du 15 Avril 2019 de Notre Dame de Paris

Lundi 15 avril 2019, aux alentours de 19h, un énorme incendie a embrasé un des symboles de la France : la cathédrale Notre-Dame de Paris.
Ce drame a soulevé une immense vague d’émotions.

La cathédrale Notre-Dame de Paris, communément appelée Notre-Dame, est la cathédrale de l’archidiocèse de Paris, située sur l’île de la Cité. Dédiée à la Vierge Marie, pendant de nombreux siècles cette cathédrale est l’une des plus grandes d’Occident.

c Okiorina : Notre Dame de Parisen feu

Notre-Dame de Paris est un chef-d’oeuvre de l’art gothique

On y voit beaucoup de touristes venus de tous les pays pour l’admirer, c’est l’un des monuments les plus visités du monde !
Elle est la cathédrale de Paris. Mais une cathédrale, ce n’est pas qu’un monument, c’est d’abord un lieu de prière et aussi un grand livre de pierre.
Tu trouveras dans cet espace des clefs pour déchiffrer le message qu’elle veut nous transmettre.

Notre-Dame brûle et le peuple de Paris regarde, se recueille, prie et chante des cantiques à la Vierge Marie.

Ferveur endormie, piété refoulée qui jaillissent soudain au spectacle du malheur ; car il s’agit bien d’un malheur et non d’une simple catastrophe. Paris frappé au cœur, Paris en deuil de lui-même, de son être profond, Paris égaré, Paris perdu comme le fils prodigue, découvre enfin le mal qui le dévore et le détruit comme ces flammes dévorent et détruisent Notre-Dame.

Mais c’est la chrétienté entière, même cette part d’elle-même, imbue de son succès et entichée de ses plaisirs qui découvrent soudain sa vérité profonde, le genre de vérité que seul un grand malheur est à même de révéler.

Oui il fut un temps où des gens simples, pieux, humbles mais grands, pouvaient rêver à quelque chose de très beau, de plus grand qu’eux et de plus durable, rêver et bâtir, non pas une simple cathédrale, mais une offrande en pierre à Notre-Dame et une leçon pour les hommes des siècles à venir. Cette offrande, qui se voulait également une prière, a traversé les siècles et nous l’avons reçue, non pas pour ce qu’elle est, mais pour ce que nous nous sommes contentés d’y voir: un chef-d’œuvre architectural, un bien culturel dont nous sommes fiers comme on peut être fier d’une pièce de musée. L’édifice a été conservé, les pierres ont été ravalées, les sculptures restaurées, les cloches remplacées, pour que Paris reste Paris et pour nourrir le plaisir de nos yeux.

Nous voilà à présent frappés au cœur, car les flammes qui dévorent Notre-Dame de Paris nous révèlent l’étendue de notre orgueil et le drame de notre nihilisme. Nous réalisons tout d’un coup la paralysie de l’âme que nous nous sommes infligée ; cette offrande en pierre qui brûle nous révèle le bois mort qui gît en nous, et cette prière qui a traversé les siècles nous dit l’étendue de nos lâchetés et de nos abandons.

Nous qui jetons un regard méprisant sur le Moyen-âge, comprenons à présent le pourquoi de notre mépris. Notre-Dame de Paris a été construite par des hommes de foi, et nous n’avons plus de foi ou si peu. Nous sommes tellement satisfaits de nous-mêmes de ne pas en avoir, qu’il ne nous reste qu’à mépriser ceux qui en ont eu en abondance et qui ont bâti de l’abondance de leur cœur.

Il ne nous reste qu’à contempler les ruines du brasier et rentrer en nous-mêmes pour découvrir les ruines qui encombrent nos âmes, nous voir tels que nous sommes mais aussi tels que nous pouvons être, car seule la foi profonde peut rebâtir nos âmes, générer l’amour et sauver le monde. Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hélios d’Alexandrie pour Dreuz.info.

Je suis triste

c Okiorina : Notre Dame de Paris en feu 15/04/2019

Notre Dame de Paris en feu

 

Les Rameaux

Les Rameaux

* La fête des Rameaux

le 14 Avril 2019

c Okiorina │ Dimanche des Rameaux et de la Passion

La fête des Rameaux ouvre la Semaine Sainte. Cette fête fait mémoire de ces jours où Jésus fut acclamé comme un roi par les habitants de Jérusalem qui le saluaient avec des palmes, avant d’être condamné à mort comme un malfaiteur.

Les « rameaux » de feuillage toujours vert, bénis par le prêtre, rappellent que la vie ne finit pas.

La fête des Rameaux annonce déjà la fête de Pâques, au sens où Celui que nous acclamons va mourir et ressuscitera le 3ème jour. C’est ce que nous croyons. Porter une branche de buis sur nos tombes, c’est redire que nos morts sont emportés dans ce même mystère de la résurrection : c’est notre espérance.

Source : Croire – La Croix

Aujourd’hui, nous Célébrons dans une même Fête deux évènements qui semblent plutôt en opposition : l’entrée triomphale du Christ à Jérusalem et sa condamnation à mort.
Entre l’évangile lu avant notre procession et celui que nous venons de lire, le contraste est saisissant.

Le premier nous raconte l’entrée triomphale de Jésus dans Jérusalem, assis sur un jeune ânon et acclamé par le peuple.
Le second Evangile relate la sortie de la ville pour la Crucifixion du Christ, sous le poids de la Croix et l’animosité de la foule.
Comment peut-on Célébrer en une même cérémonie ces deux épisodes de la vie de Jésus ? N’est-ce pas réunir l’inconciliable ? N’y a-t-il pas quelque chose de choquant de se réjouir en Célébrant la Passion ?

Origine de la cérémonie des Rameaux

A Jérusalem, on célébrait dès le 4ème siècle l’entrée de Jésus dans la ville. L’église de Jérusalem en 383 invitait les pèlerins à participer à une procession du village de Béthanie à Jérusalem « mimant » l’entrée triomphale du Christ à Jérusalem.
Egérie qui a été en pèlerinage à Jérusalem, raconte la procession des Rameaux  « Tous tiennent des branches, les uns des branches de palmiers, les autres d’oliviers; et ainsi on escorte l’Évêque à la manière dont le Seigneur a été escorté ce jour-là ».
Cette Fête des Rameaux venait sans doute de Constantinople. Cet évènement n’a pas donné lieu  à une des douze grandes Fêtes liturgiques orientales et les icônes de l’entrée à Jérusalem se sont développées seulement au 16ème et 17ème siècle.
A Rome, au moins depuis le 6ème siècle, le dimanche précédant Pâques était celui de la Passion.
En occident à partir du 9ème siècle, s’est répandue cette Fête, avec la procession. On trouve des représentations de l’entrée de Jésus à Jérusalem au 10ème et 11ème siècle.

Le Dimanche des Rameaux

Six jours avant la Pâque juive, Jésus retourne à Jérusalem. La foule a tapissé le sol de Rameaux verts pour acclamer Jésus lors de son entrée dans la ville.
C’est en mémoire de ce jour que les Catholiques portent des rameaux (de buis, oliviers, lauriers ou palmiers, selon les régions. Ces rameaux, une fois bénis, sont tenus en main par les fidèles qui se mettent en marche, en procession : marche vers Pâques du peuple de Dieu à la suite du Christ.

Le Dimanche qui précède la Fête de Pâques, appelé « Dimanche des Rameaux et de la Passion », l’Église célèbre solennellement, avant la messe, l’entrée messianique du Seigneur à Jérusalem, telle que les quatre Évangiles la rapportent : « La foule nombreuse venue pour la fête apprit que Jésus venait à Jérusalem ; ils prirent les rameaux des palmiers et sortirent à sa rencontre et ils criaient : Hosanna ! Béni soit celui qui vient au Nom du Seigneur » (Jn 12, 12-13).

Ces paroles sont chantées comme Antienne d’ouverture au lieu, différent de l’église, où les fidèles se sont réunis : après une brève allocution, le célébrant Bénit les rameaux (en Occident, il s’agit ordinairement non de palmes, mais de buis ou de lauriers) ; le diacre ou, à son défaut, un prêtre, lit le récit évangélique de l’entrée messianique de Jésus et l’on se rend en procession jusqu’à l’église.

Peter Tabichi

Peter Tabichi

Le professeur Peter Tabichi, lauréat du Prix mondial du meilleur enseignant

Il est Kenyan, a 36 ans et donne 80 % de son salaire à ses élèves pour qu’ils puissent venir à l’école.

Ce professeur en sciences à l’école secondaire de Keriko dans le village de Pwani, a quitté un poste très confortable pour venir s’installer dans cette région de l’Afrique de l’Est, minée par l’abandon scolaire précoce et la pauvreté. Un manque de moyens qui incite le professeur à donner 80% de son salaire aux élèves les plus démunis pour les inciter à continuer leurs études.

« Je suis ici uniquement grâce à ce qu’ont accompli mes élèves », a déclaré Peter Tabichi en recevant son prix des mains de l’acteur Hugh Jackman.
« Ce prix leur donne une chance. Il dit au monde qu’ils peuvent tout faire ».

Jérusalem de l’époque de Jésus

Jérusalem de l’époque de Jésus

Le Jérusalem de Jésus en 1584

Christiaan Van Adrichom, prêtre catholique travaillant à Cologne, dans l’actuelle Allemagne, ne s’était sans doute jamais rendu à Jérusalem avant de créer cette carte en 1584.

À l’époque, la Terre Sainte était musulmane depuis des siècles : il était donc difficile et potentiellement dangereux de s’y rendre lorsque l’on était un pèlerin chrétien. Néanmoins, Van Adrichom est parvenu à créer une carte très populaire qui a permis aux chrétiens européens d’imaginer un voyage qu’ils n’entreprendraient certainement jamais, mais aussi de les faire voyager dans le temps en représentant la ville telle qu’elle était à l’époque du Christ.

C Okiorina │ La carte de Jérusalem de Jésus en 1584

UNE CARTE TRÈS DÉTAILLÉE

Des moments clefs de la vie de Jésus sont dispersés à travers la carte : son arrivée à Jérusalem à dos d’âne, entouré de ses apôtres et précédé par une silhouette qui dépose des branches sur son chemin, comme décrit dans le Nouveau Testament (numéro 214) ; la Cène, lorsque Jésus prédit la trahison de Judas, représentée juste à l’intérieur des murs de la ville (numéro 6) ; et le jugement de Jésus par Ponce Pilate, le gouverneur romain qui a ordonné son exécution, dessiné à la gauche du centre de la carte.

 

Source : National Geographic / All Over the Map

Nicholas Winton, le « Schindler britannique » !

Nicholas Winton, le « Schindler britannique » !

Sir Nicholas Winton

Né Nicholas Wertheim, le  à Hampstead, un quartier de Londres, et mort le 1,2 à Slough3, est un courtier en valeurs mobilières britannique4 qui organisa le sauvetage de 669 enfants juifstchécoslovaques d’un destin fatal avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

In memoriam

Surnommé le « Schindler britannique »5, anobli en 2002 pour ses actes de bravoure, il lui est rendu hommage par David Cameron, Premier ministre britannique, en ces termes :

« Le monde a perdu un grand homme. Nous ne devons jamais oublier l’humanité dont a fait preuve Sir Nicholas Winton en sauvant tant d’enfants de la Shoah. »

Les descendants des « enfants de Winton », dont le nombre est évalué à plus de 5 000, vivent aujourd’hui dans le monde entier, et notamment en Grande-Bretagne, au Canada et en Israël10.

Source : Wikipedia │Sir Nicholas Winton

New Galaxy S10 and S10+

New Galaxy S10 and S10+

The Galaxy S10 Makes Screen Protectors…Complicated

C Okiorina : Samsung Galaxy S10 and S10+The new Galaxy S10 and S10+ are now splayed out in all their glory, and before we even pried them open, we noticed an interesting new feature: pre-installed screen protectors.
This was rather nice of Samsung to include because you can’t install just any screen protector on the S10 or S10+.
And since it scored a measly 3 out of 10 on our repairability scorecard, you definitely need a screen protector — and probably a case — on this phone.

Optical fingerprint sensors can handle a broader range of screen protectors because the sensor can easily see through the clear film or glass to take a gander at your fingerprint. The ultrasonic sensor on the S10s, however, uses sound waves to read your fingerprint, which limits the type of screen protector you can use on the phone. (The S10e is exempt from this since it uses an old-school capacitive sensor within the power button).

Source : https://ifixit.org/blog/14421/the-galaxy-s10-makes-screen-protectors-complicated/

EuroCup Women 2019

EuroCup Women 2019

Watch the Semi-Finals game between Famila Schio and Nadezhda from the EuroCup Women 2019

Info : FIBA Women’s EuroBasket 2019 marks the 37th edition of the continental showpiece event and will be co-hosted by Latvia and Serbia. From June 27 to July 7, Europe’s best players will come together in the cities of Riga, Nis, Zrenjanin and Belgrade to fight for the coveted title of European Champions.

Source : Full Schedule

Top